4.4.09

Le jeu

"Quand j'étais petite nous jouions avec Ethel au jeu des histoires. C'est très simple. Vous dites une phrase et moi j'en dis une autre. On les enfile bout à bout. Parfois ça veut dire quelque chose et parfois ça ne veut rien dire. La seule contrainte est que ce soit vrai. Vous commencez ou je commence ?
Allez-y."
François Emmanuel. Bleu de fuite.

Le père de mon chat portait un nom de vent, sa mère le nom d'un dieu et lui un nom de chien.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

"Il alla même jusqu’à Yanaka, longea les allées du rêve mais la boutique était fermée ce jour-là.

[...]

Il se souvint qu’un de ses amis comparait toujours la vie à un jeu de l’oie.

« Lançons les dés, se dit-il, et trouvons ce chat ». "

Un texte de Gwen Franzin-Régniez avec une date 17-8-07. Les textes de l'écrivaine sont toujours datés comme un tableau. Elle écrit des tableaux avec des jeux, un chat, un morceau de photo, des restes du négoce. Ici, c'est un autre chat également qui clôt ces billets comme un jeu.

Gwen a dit…

Cher anonyme, vous ne jouez pas le jeu ! Car là... le chat se mord la queue !!!

Anonyme a dit…

-> le chat dit alors : c'est curieux ça sent le silence et la ville

allez-y.

->

lo a dit…

Il avait une gueule de lion, il était jamais content de nous voir, et pourtant on venait de loin pour le voir, nous.

christine a dit…

J'avais secrètement donné à ce chat un autre nom celui de mon amour impossible. Je pouvais ainsi à ma guise le caresser et l'affubler de dimininutifs sans que jamais il ne se rebiffe.

Anonyme a dit…

Personne ne se doutait alors que je pensais bien plus à ma douce chatte de là-bas qu'à ce chat d'ici.