31.5.08

L'envers du rêve

Madame Gâ et moi, nous vivons à l'envers.
Je suis parfois prête à partir de chez moi quand elle va se coucher et il arrive aux mails que nous nous écrivons à cette heure commune de se croiser comme nous pourrions le faire, en vrai, dans l'escalier, si nous étions des voisines aux horaires décalés.

Mais, jeudi soir, Madame Gâ est partie se coucher sans m'écrire et elle a attendu le vendredi matin pour me raconter qu'elle et Monsieur Be s'étaient endormis devant La Maman et la Putain de Jean Eustache.

Comme je venais de publier mon billet d'hier, j'ai d'abord pensé qu'elle l'avait lu et avait cru que, dans mon rêve, nous étions allés voir ce film. (Mais non, dans mon rêve, Jean Eustache était encore vivant et nous allions voir sa toute dernière oeuvre !)

Et puis j'ai compris qu'elle me parlait de sa soirée de la veille et qu'elle n'avait pas du tout lu le récit de mon rêve.

Ainsi, même s'il est difficile d'y croire, Be et Ga s'assoupissaient devant La Maman et la Putain à l'heure même où rêver de Jean Eustache me tirait brièvement du sommeil.

"Mazette !" a dit Madame Gâ.

5 commentaires:

Flora a dit…

Il est des coïncidences qui semblent trop incroyables pour ne pas en être.
Plus on y est attentif plus on se rend compte que ça arrive. Mais chaque fois on reste emerveillés.

itadakimasu a dit…

on a dormi pendant une heure et demi, il reste encore deux heures de film...

madame gâ a dit…

et aussi:
"bigre, bigre !!!"

akaieric a dit…

Ca me rappelle ce film avec demi moore, 'd'un rêve à l'autre', où elle s'endormait dans le corps de Marie en Provence pour se réveiller dans celui de Marty à New York, et vice versa...

Gwen a dit…

Ah oui ? En fait, je n'ai jamais vu aucun film de Demi Moore. Et, donc, pas celui-là non plus...