25.7.08

Une traversée au long cours


A Ueno, la cafet a des allures de bateau et nous commandons un thé oolong pour agrémenter notre croisière.
Par la fenêtre, la mer de lotus se balance mollement.
Toutes les deux, nous pourrions passer des journées entières devant le rose des fleurs. Et ensemble.

Dans cette matinée chaude et tranquille, seule notre conversation se superpose au bruit de fond discret de la télévision que les petites dames ont allumée dans la cuisine.
Madame Gâ déballe ses crayons et ses couleurs.

Moi qui suis si jalouse du rose, du rouge, du bleu des yeux de ses héroïnes, j'ai enfin ma revanche.

Car, ce matin, nos yeux ont la couleur des lotus.

Puis, dans l'après-midi à Yanaka : un fantasme de maison de famille version Marie-Claire idées sans complications fratricides. Et les goûts inimitables du Japon : kinako et satsumaimo.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Dessiner dans les pages, les carnets dans les marges, comme une traversée au longs cours de traits à délaisser de traits à relier de traits à rapatrier, finalement dessiner c'est gommer tellement de mots au paysage, cueillir ou dresser un peu d'Ueno sur une plage, tellement dire "à mon tour ..." !

Pays de Neige.

Exploz a dit…

Cette cafet' me dit quelque chose... je m'y suis autrefois assise pour y manger un repas. Devant le vert et le rose.

Je suis bien heureuse de vous voir ensemble passer ces moments...