4.11.06

Noctambules


Au Jonathan's, à 3 heures du matin, on peut :
-tenter (en vain) des tours de magie avec ses mains.
-évaluer l'âge moyen des consommateurs.
-se dire que, parmi eux, il y en a qui pourraient être nos amis.
-boire un chocolat chaud au sésame noir et lait de soja et une infusion de mélisse citronnée.
-écouter des histoires de squatts à Paris, des histoires d'amour aussi.
-raconter des histoires de librairie, de lamas, de voyages en Angleterre aussi.
-éplucher la carte en se demandant ce qu'on préfèrerait manger si jamais on se décidait à le faire.
-ne pas s'habituer à vivre dans une ville où la liste des possibles est aussi longue la nuit que le jour.
-avoir des révélations sur les kanjis aux toilettes.
-repousser le moment de grimper la côte pour rentrer.
-constater que la salière est emplie de riz.
-se dire qu'on pourrait passer la nuit là, comme d'autres sont en train de le faire autour de nous.
-se dire aussi qu'on commence à avoir une sale mine.
-penser au lendemain et décider que, voilà, il faut rentrer, il est temps !

7 commentaires:

elsia a dit…

c'était quoi le tour de magie au juste ? ^^
Quelle chance d'avoir des nuits à remplir comme des jours, ici c'est "rats morts city" à partir de 21h... le choc des paupières est le seul qui me reste quand même mon blog refuse de me reconnaître

e. a dit…

et tu fais quoi a cette heure encore dehors... faut penser a se coucher des fois... non mais....

Anonyme a dit…

voilà qui est très bien résumé !
(et d'ailleurs, e, qu'est-ce que tu veux comme détail supplémentaire, tout est dit !!!)

ps: j'apprécie la délicatesse d'avoir choisi cette photo, plutôt que celles (cernes et grimace !!!) qui attestaient de notre décidément bien sale mine du moment...

G. a dit…

le tour de magie consistait à déplacer tasses et cuillères avec force persuasion et concentration... Echec total !!!!

elsia a dit…

Patience et persévérance tu montreras
Et les ojets un jour enfin tu déplaceras
Que la force soit avec toi, jeune padawan
;D

Okayama a dit…

A mon avis il n'y a pas de meilleur endroit que les toilettes pour les kanji.

Magali a dit…

Ah, Jonathans... j'ai vécu six mois au dessus de l'un d'entre eux, et garde aussi des souvenirs cocasses, entre autres des lycéennes japonaises me demandant de les aider pour leur devoir d'anglais (ce qui se révéla un défi titanesque) et aussi la rencontre d'étudiantes francophiles à qui, quelques heures avant mon retour en France, je donnai les quelques livres en français que je n'aurais pas pu rapporter, faute de place.