14.11.06

Tuesday self portrait


Autoportrait de lectrice...
"Hier, en lisant dans le grand livre, il est tombé sur un mot étrange : synapse. Chacun en compte plusieurs centaines de milliers de milliards, dans son cerveau. Ce sont les passerelles qui relient les neurones, et des neurones, sous le crâne, il en court autant que d'étoiles dans la Voie lactée. Il a lu aussi que tous les ordinateurs du monde, si on les agençait ensemble, "n'auraient pas la puissance de traitement de l'information de notre cerveau". Soit, a-t-il pensé. Tous les ordinateurs du monde ont coopéré en moi pour engendrer ça : l'envie de rien. le goût à rien, sinon à lire quelques lignes certains jours. Cent milliards de neurones échangent des informations sous la forme de signaux électrochimiques afin qu'un dénommé Blin réussisse à se lever, prendre sa douche, faire chauffer des surgelés, trier des lettres huit heures par jour chaque nuit."
Eric Faye. Le syndicat des pauvres types.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

sandrine a dit:
Bah ,pourquoi il parle de moi?

Marcel Proust a dit…

Accessoirement, avoir des neurones ça doit aider pour écrire des livres avec du style…

G. a dit…

Sandrine : tu manges des surgelés, toi ?!!!!
Marcel : des livres ou des blogs, n'est-ce pas ?!!!!

Anonyme a dit…

Si les ordinateurs avaient la puissance de notre cerveau, ils iraient sûrement débrancher la prise...

Camille a dit…

ouais, mais pour débrancher, il faut pas seulement un paquet de synapses, il faut aussi des petits doigts musclés...qui sont bien pratiques aussi pour déballer l'emballage des surgelés.

G. a dit…

Camille, c'est exactement la réflexion que je me suis faite : mais comment un ordinateur tirerait sur la prise ???!!!