25.3.07

La vie sans vie


Certains restaurants présentent votre repas vivant sur le seuil de leur porte.
Je n'y aurais pas touché, à ces poissons aux yeux vides avant la mort. J'aurais moins redouté le poison foudroyant d'un fugu maladroitement préparé que celui qu'ils auraient peut-être distillé dans mes veines.
Un poison autrement plus cruel et lent. Le même que recèlent les dimanches couleur Toussaint, les jours éteints et longs où chaque heure ressemble à la précédente, fait croire que vivre la suivante n'en vaut pas la peine.
C'était un ennui vénéneux qui émanait de cet aquarium et il aurait pu être contagieux.
L'ennui d'une vie sous les néons, d'une vie insipide et blafarde et à tourner en rond.

Parfois, il vaut mieux se prétendre végétarienne. Ou s'improviser grande amatrice de hamburgers.

9 commentaires:

itadakimasu a dit…

eh oh! t'arrêtes ... au moins ceux la de poissons ils peuvent mater toute la journée les allées et venues des passants dans la rue, se foutre de la gueule des gens mal habillés et meme compter les taxis. J'en connais meme qui payent pour être a leur place, attablé devant un café au Doutor et regarder les gens qui passent (bon, ok a la fin ils finissent pas en sashimi mais quand même...)

G. a dit…

C'était une rue piétonne et déserte !!!
Je t'assure : triste à pleurer !!!

(PS : Jacques D. te remercie et te revaudra ça !!!)

Marie-Eirma, Japon a dit…

L'essentiel c'est de ne pas les regarder dans les yeux...
Non franchement j'ai essayé, je suis restée longtemps à fixer ta photo en m'imprégnant de toutes mes forces de tes mots, mais rien à faire, le bon goût du poisson bien frais venait toujours créer des interférences sur les bons mouvements du coeur...
Il faudra retenter avec des petits agneaux :)
-au fait je suis une fille que tu as croisée chez toi un soir entre deux cakes et du pâté au miso-

G. a dit…

Croiser une fille chez soi, ça n'est pas forcément très courant...

raphael a dit…

Il m'arrive de me demander si nous sommes tellement différents de ces poissons ... certes nous ne finissons pas dans une assiette ... mais le monde dans lequel nous vivons ne génère-t-il pas ses propres barreaux, et parcimonieusement des opportunités que nous sommes en mesure de saisir et transformer ...

PS : de la casse après le tremblement de terre ?

G. a dit…

Oui, enfin, les poissons sont rarement derrière des barreaux...
PS : rien senti.
En revanche, le 21 mais là, j'étais la seule...

marie a dit…

oui c`est vrai :) C`etait pour souligner la brievete.

véron a dit…

..... le lendemain , on pouvait voir des nageoires alignées sur une planche , exposée devant le restau, juste sous l'aquarium où quelques poissons mort-vivants etaient ballotés par le courant .....
étrange tableau de chasse.
je n'ai pas osé la photo.(Tokyo/2006)

G. a dit…

Marie, peut-être une autre fois, de façon moins brève...