24.3.07

(Re)tomber en enfance

Il faudrait rejouer la scène que j'en serais bien incapable. Combien de trottoirs je fais grimper à mon vélo dans une journée Tokyoïte ? Et, tout à coup, en voilà un que je ne parviens pas à franchir.

Il n'y a pas qu'une bouchée de madeleine, une musique entendue sans préavis, le parfum d'une dame à qui on tient la porte... qui font revenir les souvenirs, les sensations, parfaitement exacts et en masse.

Quand je me suis relevée, j'ai vu, imprimée à l'intérieur de ma main gauche, la fraction du trottoir que je n'avais pas réussi à éviter. Et, sous l'accroc de mon jean, j'ai deviné que mon genou avait la même apparence que lorsque, enfant, je collectionnais les chutes en patins à roulettes.

Voilà. C'était exactement ça, c'était exactement pareil : la douleur pas si vive, un picotement, plutôt. Mais la surprise qui fait monter les larmes aux yeux. Et, très vite, ce besoin immense de consolation. Qui fait qu'on se force un peu à pleurer, qu'on fait durer l'instant où des mains aimantes nous saisissent, nous soignent, nous cajolent. Ce moment où on ne se souvient déjà plus de la chute mais où on aime la douceur qui nous entoure, les mots qui nous rassurent.

Mais, sur ce trottoir à Tokyo, personne n'a couru acheter pour moi un pansement au combini le plus proche. J'étais seule. Et puis, j'ai 36 ans. Alors, je n'ai pas pleuré.

8 commentaires:

Clea a dit…

Ca me rappelle ma propre chute de vélo, la première année où j'étais japonaise.
Je n'ai jamais autant voulu ma maman ! Heureusement, un japonais avec un keitai qui passait par là a pu appeler une ambulance. Et à l'hôpital, mes amis étaient là !

une autre cycliste obstinée a dit…

Oh, comme c'est bien décrit...

En tout cas, moi, je vais faire attention.
Pas du tout envie d'avoir des bouts de gravier, même japonais, incrustés ds la main. Encore moins envie d'aller visiter des hopitaux.
Alors, ki o tsukete les amis, je le répète !!!

madame gâ a dit…

donc ca arrive...trop de montees de trottoirs tue la montee de trottoir!

tu veux des genouilleres?

Anonyme a dit…

je profite de ta chute pour t'envoyer un petit salut lillois, j'espère que le mercurochrome existe à Tokio ! christine d.

tychaton a dit…

c'est trop mignon...c'est vrai que moi aussi c'a m'arrive de ressentir ca .. profites en apres pr te faire chouchouter une fois rentrée a la maison..;)

tychaton a dit…

Au fait j'en profite pour vous poser la question car je fais un dossier là-dessus en ce moment..Quel est d'après vous l'image la plus représentative de la France ou des francais au Japon? Bonne soirée et surtout Ki o tsukete ne! en vélo :)

itadakimasu a dit…

tychaton> Pour te repondre (si tu me permet...) je pense que l'image la plus représentative de la France au Japon c'est Jacques Derrida. Oui, sans aucun doutes c'est Derrida et je pense que beaucoup confirmeront.

raoul a dit…

Là où il y a de la bourdure il y a un trottoir....