10.10.07

Les bras ballants

Justine est tombée.
Pleine de l'eau du thé qui bouillonnait, elle a frétillé -un peu trop- s'est dandinée jusqu'au bord de l'étagère sur laquelle elle est posée. Et elle est tombée.
Je l'ai vue. J'étais là.
J'ai regardé l'eau -un litre et demi d'eau- se répandre sur le sol, j'ai constaté que le sol de la cuisine n'est pas plane : l'eau s'est tout de suite concentrée en flaque. Je me suis souvenue que, généralement, on peut lire sur le moteur de ce genre d'appareils : ne pas immerger dans l'eau. Et je me suis dit qu'on pouvait appliquer ce verbe -immerger- à la situation présente. Oui, le moteur était immergé dans l'eau chaude.
Je me suis penchée en gardant mes pieds au sec, sur le bord de la flaque, et j'ai tiré sur le fil, afin de sauver le moteur de l'immersion.
Et puis, je suis restée les bras ballants.
Alors que tout était à terre, alors que je ne pouvais plus éviter le désastre... Je n'avais plus qu'une envie, c'était de boire une bonne tasse de thé avant de commencer à éponger...

C'est une de mes spécialités : rester les bras ballants plutôt que de me précipiter sur une éponge ou n'importe quel ustensile utile à la situation.
Et, en ce moment... Je reste beaucoup les bras ballants.

6 commentaires:

Miss Ritchie a dit…

quelle catastrophe, la pauvre Justine, c'est fini pour elle, ou tu peux la réparer?
tu sais, ça sert souvent à rien d'hurler et de se précipiter sur une éponge, ça ne défait pas ce qui a été fait.
et puis au moins maintenant tu sais que le sol de chez toi n'est pas plane...

Gilles Deleuze a dit…

Comment ça le sol n'est pas plane? Tout ceci porte un nom : entropie

akaieric a dit…

Toutes mes condoléances pour justine...
La première chose à faire était peut être celle là... boire une tasse en son honneur.

purinio a dit…

moi, je venais de boire un cappuccino quand j'ai lu ce que c'est passé avec la pauvre Justine... de toute façon, l'autre Justine, la parisienne qui, d'ailleurs, est très gênée de ne pas pouvoir rendre visite à sa chère cousine tokyoïte dans ce moment si difficile, elle veut transmettre son support psychologique.
il me reste une chose à faire: aller me préparer un thé pour transmettre mes souhaits d'une rapide récupération

Anonyme a dit…

P'tite mère, vraiment. Au ralenti les bras ballants, la voir douloureusement s'égarer, et tout d'un coup, réaliser ...

chenican a dit…

je te lis et j'imagine Madame Ga croquant la scène... moi qui ne l'ai jamais vue dessiner je suis sûre que de tes bras ballants elle ferait une merveille.