20.6.08

Choses lues

De ces heures dans les cafés, il me reste des lignes tracées en bleu, des musiques, des tasses de thé, des lumières changeantes par la fenêtre et des pages lues.

"Les formulaires que j'ai remplis depuis 30 ans dessinent-ils une image de moi plus précise que mes propres souvenirs ?"
Entretien avec Thierry Rousselin. Le Monde 2. 12 avril 2008 ("Peut-on encore disparaître ?")

"A Paris, Michel parle de précarité, de sécurité. Tu dis à Michel, non, ce n'est pas la précarité : quand on s'aime, il n'y a pas de précarité. L'avenir est juste indécis, c'est tout. L'avenir n'est qu'une tête d'épingle. Quand on aime, l'avenir existe à peine tellement il est tout le temps question de présent. Chaque jour apporte son lot."
Bruno Gibert. Réussir sa vie.

"-M'sieur, c'est quoi le prénom dans la phrase ?
-Jacqueline.
-C'est trop bizarre.
-C'est Jacques pour une femme.
-On peut changer ?
-Tu mets c'que tu veux.
Il a replongé dans sa prise de notes.
-Tu comptes mettre quoi ?
-Jean.
-Oui mais Jean pour une femme de chirurgien, ça va pas le faire.
Son front s'est crispé.
-Jane ça existe ?
-Oui oui.
Un soir d'hiver, un ouvrier quinquagénaire a croisé dans la rue du Faubourg St Antoine, à dix-sept heures trente, une femme de chirurgien prénommée Jane."
François Bégaudeau. Entre les murs.

"De toute façon, Dieu est aujourd'hui identifié. On sait qu'il s'agit d'une hormone. Les sentiments célestes et de religiosité proviennent d'une hormone fabriquée par la glande pinéale, l'épiphyse, située au-dessus de la nuque. Ce qui est curieux à ce propos, c'est que la constitution moléculaire de cette hormone se rapproche beaucoup de celle de la margarine. On peut dire à peu de choses près que Dieu, c'est de la margarine. C'est une découverte qui commence à éclairer d'une lumière nouvelle certains passages des évangiles. On commence à supposer par exemple que Jésus et les apôtres étaient sous la dépendance d'une drogue tunisienne favorisant la fabrication de cette hormone divine... D'ailleurs, le petit Jésus en est mort. Ce qu'on ne sait pas, c'est que le Christ est mort deux fois : une première fois d'une embolie pulmonaire en Galilée, puis il est ressuscité et mort une seconde fois à l'âge de 44 ans."
Entretien avec Pierre La Police. Les Inrockuptibles. Eté 1993.

Et puis...
Et puis au passage à niveau de Shimokitazawa, cette phrase lue, tatouée sur son bras : "Ce qui me nourrit me détruit" , que je n'oublie pas.

2 commentaires:

senbei a dit…

Tu me donnes envie de relire "la balançoire de Plasma" :-D

Comment as-tu retrouvé cette citation ? Elle est magnifique, je veux le reste ! (ça change de Drieu...).

Gwen a dit…

Ah ! enfin un commentaire sur cette citation délirante et réjouissante !!!
Et le reste de l'interview est du même acabit !
C'est, comme indiqué, dans un numéro de 1993 des Inrocks, quand ils étaient mensuels et savaient faire les interviews !
Et.. oui, ça change de Drieu même si, à une lettre près il pourrait en être question !!!