21.11.09

La nudité des fruits

Assise au soleil sur les marches, je regardais les garçons qui grattaient quelques accords et chantonnaient en riant, la petite fille qui, ayant perdu de vue ses parents, se figea et fondit en pleurs, la vieille dame qui berçait le nourrisson, les amoureux qui partageaient une barquette de frites et la mère qui grignotait le hamburger que son fils avait abandonné pour aller courir après les pigeons.

Je connais cet endroit par coeur et elles sont immuables, ces scènes à l'heure du déjeuner le week end.
Mais, à toujours regarder le spectacle du vivant qui m'entoure, j'avais omis un élément du décor.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

cela n'est pas sans me rappeler une photo vénitienne...

Gwen a dit…

J'y ai pensé aussi !

Anonyme a dit…

et pas fruit défendu -

Pays.

Anonyme a dit…

Venise, Tokyo, c'est un peu la même chose...

senbei a dit…

Moi j'ai plutôt pensé au glauque (donc excitant) port de Toulon et sa fameuse statue de Cuverville, seule vue excitante offerte par cette ville fantome du sentiment.