28.9.07

Tokyo un vendredi

A la question "et toi, quel jour préfères-tu ?", elle répond : "Je les aime tous. Parce que, tous les jours, il y a quelque chose d'intéressant."
Je ne lui donne pas tort.

Aujourd'hui : quelques lignes droites dans la ville.
Une centaine de pages de Par-dessus le bord du monde de Tim Winton :
"Que va-t-on faire ? dit-elle.
Qui sait.
On devrait être consternés de s'être rencontrés.
Ouais.
Tu peux me faire confiance.
Je te fais confiance. Merde, je suis bien obligé, dit-il. Fais bien attention, c'est tout.
Mais que va-t-on faire ?
La vie est longue.
Qu'est-ce que ça veut dire ?
Je ne vais nulle part."

La lumière magique de quatre heures et quart dans l'herbe, dans le parc et ce papier peint en guise de papier cadeau qui me revient après lui être allé.
Un livre de Sarah Moon à 105 yens.
Le sourire du garçon blond qui répète à l'envi mon prénom et qui, demain, fêtera ses deux ans.
Du vent dans la nuit.

2 commentaires:

g. a dit…

Ton extrait me fait penser a Dirt Music.
En quelle langue lis-tu Winton ?
Bises bises,
g.

Gwen a dit…

en français.
dis donc toi, qu'est-ce que tu fais ENCORE sur internet à quelques heures de ton départ ?!!!!
(bon voyage bon courage !)