20.9.08

Deux cent quarante-trois cartes postales en couleurs véritables (13)

"Ce matin mon oeil est sûr d'avoir aperçu, sur sa trajectoire vers le grille-pain, un cheveu flottant à la surface du thé au lait. Lorsque le regard revient fixer le bol, il a disparu. Les cheveux coulent, donc ? Je bois à petites gorgées, lèvres serrées, en louchant dans le cercle de porcelaine. Lorsque le fond apparaît, il n'y a pas de cheveu, juste une calligraphie japonaise, heisei, qui veut dire calme, paix, sérénité, et qui aujourd'hui me le dit de très près."
Béatrice Rateboeuf. Heisei.
Aujourd'hui, c'est depuis Kôbe que je vous envoie une des dernières cartes de l'été. A Kôbe, où le mot heisei prend tout son sens.

Nous faisons le Sénégal. Fatigués mais enthousiastes. Le seul problème, c'est la bouffe. Avons visité une plantation de bananes. On sera à Paris le 30.

2 commentaires:

Chenican a dit…

Tu as bien dormi ?
Comme je t'imagine et comme je t'envie ... grosses bises à tes hôtes !

Gwen a dit…

J'ai bien dormi à Tarumi ! Bien dormi dans le car ? non ! mais dormi quand même !
Sinon, c'est tout comme tu connais (et tu peux m'envier, en effet !) : ciels magnifiques, croisière en bateau, jolis cafés, tofu frais de chez Life, fantaisies et aventures avec les amis...
Et, bonus, les gazouillis de moineau d'Anzu !