26.9.08

Revoir les lotus à Ueno

Il est si simple de passer une journée à Ueno.

A l'heure du gâteau pomme/cannelle, la terrasse est encore à l'ombre. Mais il nous faut, ensuite, nous protéger de la chaleur sous la glycine.

Les lotus ont vieilli et leur coeur recèle des graines dissimulées comme des pierres précieuses.

Nos rendez-vous durent trois heures mais nos conversations pourraient se poursuivre bien au-delà.

Nous parlons des enfants (en avoir ou pas), de ce que certains voudraient leur faire croire ("tu verras, quand tu seras grand"), de divers métiers d'avenir qui vont bien ensemble et peuvent s'exercer simultanément (jardinier, cuisinier, étaleur de confiture, vagabond), des amours enfantines qui devraient avoir le droit de rester secrètes et dont on se souvient, des hasards dont on sourit (ce garçon qui, le premier, monopolisa mes pensées de petite fille portait le même prénom que l'homme qui, à présent, fait battre mon coeur)...
Nous collons un sticker dans nos agendas, à la date de notre prochain petit déjeuner.

Plus tard, je reviens près des fleurs et, dans le sac au bout de mon bras, se balance la découverte merveilleuse du jour : le warabi mochi au macha.

Et, puisque la cafet est ouverte, je m'y installe quelques heures.
Le sirop de fraise versé sur la glace pillé ressemble à du sang sur la neige.
La conversation des deux amies fait écho à celle du feuilleton à la télévision.

Lors de la coupure de pubs, j'écoute les refrains, je pense à ceux qui rythmaient mon enfance ("MV, M comme un maroquinier, V comme voyage" et "hello, le soleil brille brille brille" qui m'a fait connaître tôt la musique du Pont sur la rivière Kwai).
A la question "et qu'est-ce que tu veux faire quand tu seras grand(e) ?", sans doute qu'aucun enfant ne penserait à répondre : "je veux tenir un café de rien au milieu des lotus, ramasser les feuilles sur le seuil et suivre distraitement le feuilleton de l'après-midi pendant que le soleil dessine des ombres nostalgiques sur les lézardes du sol en ciment.

Et pourtant... quel beau métier...

4 commentaires:

leole a dit…

il fait si bon de venir au clair des lumières de tes photos, flâner avec toi parmi les lotus et imaginer le goût de ce bon gâteau et du thé qui l'accompagne...

Mélie a dit…

Ici, nous avons mangé le même gâteau à l'heure du goûter :) J'aime à savoir qu'il y a des points communs à nos journées.

madame gâ a dit…

oh, mon thermos!!

jenny a dit…

oh, la cafet' !