7.10.06


Aujourd'hui,
j'ai mangé du pain au curcuma. Et du gâteau à la poire et à l'Earl Grey. Et c'était bon, mais bon.
j'ai laissé sonner le réveil deux fois avant de me lever. Pourtant, dans mon lit, il faisait froid.
j'ai porté mes cheveux longs avec la sensation d'être anonyme alors que j'étais dans des rues que je ne connaissais pas, où personne ne pouvait me (re)connaître.
j'ai entendu le mot "belle" dans une phrase me concernant. Ce n'est pas courant. J'ai fait semblant de rien.
je me suis aperçue que je n'avais pas lu l'étiquette du paquet que j'ai acheté : c'est du café au caramel, pas du thé. (ça intéresse quelqu'un ?)
je me suis dit qu'il fallait que je cesse d'espérer recevoir du courrier si je n'en écris pas moi-même... (mais j'aimerais quand même)
j'ai ressenti ce fameux vertige des jours d'après typhons, quand le ciel est bleu et immense et qu'il donne l'illusion que tout est possible, que tout peut arriver, forcément.
j'ai vu un homme se masturber au 3ème étage, dans l'escalier d'un immeuble qui surplombe le passage piéton. J'ai été suprise.
j'ai franchi le seuil du magasin à l'instant où les Beatles ont commencé à y chanter "yellow submarine".
j'ai pensé qu'avoir assez d'eau chaude pour se laver les cheveux et prendre sa douche, ça pouvait être la moindre des choses.
j'ai battu la mesure avec mon pied dans le train : il n'y avait pas de place pour danser mais je l'aurais volontiers fait (dans les oreilles Un jour en France de Noir Désir)
je n'ai pas ri autant que d'autres samedis. Mais plus que certains mardis.
je suis passée devant le fleuriste avec l'envie de rapporter une pleine brassée à la maison (mais je n'ai pas de vase).

Et puis, en fin de soirée : vivement demain...

9 commentaires:

El Porteno a dit…

Et j'ai parcouru le blog de Gwendoline et respiré le même parfum nostalgique qu'à Valapraiso.
Et j'ai mis Noir Désir pour ne pas oublier.

Anonyme a dit…

Comment peut-on faire quand on voudrait bien t'apporter un vase et les fleurs qui vont avec, te préparer du thé et un bain chaud, t'écrire mille lettres, mais que l'on ne connait pas ton adresse, qu'en fait on ne te connait pas vraiment et qu'en plus on habite si loin ... Bon courage !

Camille a dit…

ok, on va envoyer du courriel. Pour le café au caramel, pourquoi pas?
Comment peut on avoir des origines nordistes et ne pas aimer le café, c'est une question que je ne cesse de me poser.
Bon, nous on a une magnifique boîte de thé salé à la prune beurk beurk et qui vient de Kyoto.
Qui n'en veut?
Mais on garde la boîte (rose).

(Oui parce que les kanji de sakura et umeboshi, voila quoi, c'est presque pareil... mais le goût, non)

G. a dit…

Bertrand, dans le train, dans mes oreilles, il y avait aussi la chanson Gengis de JL Murat. "Mon nom de scène est Gengis, je suis né à Valparaiso"... Il y avait donc un peu de Valpo à Tokyo...
Anonyme : loin mais où ?! Tant pis pour les fleurs, je me débrouillerai pour le bain mais les mille lettres, je suis preneuse !!! Mon adresse, il y a moyen de l'avoir au moins en passant par le profil du blog pour le mail et, ensuite... Merci, en tout cas, pour toutes ces attentions, même virtuelles, elles me font plaisir...
Camille, bon, ça marche pour le café (je n'ai pas d'origines nordistes, ceci explique peut-être cela !!!)... Pour le thé à l'ume, je compatis !!!! Moi, je n'ai même pas l'excuse du kanji : l'étiquette du café est en katakanas mais je me suis contentée de lire karamelu !!!!

madame gâ aime le papier à lettres a dit…

et du courrier qui viendrait de Tokyo ca marcherait?

G. a dit…

Et comment !!!!

El POrteño a dit…

J'ai testé pour vous, la courrier expédié du bout du monde arrive sans difficulté jusqu'à Tokyo

chenican a dit…

m'est avis que Camille considère la Belgique comme étant au nord (moi aussi d'ailleurs ;-)

gwen a dit…

c'est promis, on t'envoie plein de courrier avec des belles photos d'enfants qui rient