23.10.06

La mélodie de l'anesthésie

ça fait trois mois qu'E. fréquente le personnel de la clinique dentaire de la rue Gambetta à raison d'une fois par semaine.
Moi, c'était la première fois que j'y allais (pas la dernière !). J'étais donc surprise que la secrétaire, une fois qu'elle a saisi que je comprenais le japonais -enfin, quand elle parle sans son masque parce que sinon...- me demande si E. aussi...
Ce n'est pas la première fois que des Japonais soupçonnent E. d'être bilingue malgré ses airs de ne rien y comprendre... Je ne sais pas comment il fait pour susciter ce genre de raisonnements !!!
J'avais rendez-vous à 17H. J'ai été prise à 18H. La faute à qui ? A E. ! C'est l'emmerdeur du lundi (lui, il dit : des autres jours aussi... si si, c'est lui qui le dit) : une de ses caries était plus profonde que prévu, l'intervention a duré plus longtemps que prévu, ce qui a retenu tout le monde plus tard que prévu... Dont moi...
J'ai donc eu droit à une heure de rab' de la comédie musicale de la clinique dentaire...
Dans la salle d'attente règne un fond musical complètement décérébrant. Une adaptation sautillante des plus grands standards de variété. Beaucoup d'instruments à cordes dans l'orchestre. Qui passent et repassent leur archet sur les nerfs des patients (qui portent bien leur nom quand ils attendent pendant une heure !).
Cette musique ne couvre pas complètement le bruit des fraises et autres instruments qui s'échappe de derrière la porte et la cloison du cabinet.
En revanche, elle masque le son de la télévision qui est allumée sur un programme inepte.
Elle empêche toute concentration, annihile toute tentative de lecture, mais elle a tout de même un avantage : si on a la moindre crainte de ce qui nous attend derrière la porte, au bout de 10 minutes d'attente, on arrive à la conclusion que, quelle que soit la douleur qu'on pourra ressentir par la suite, elle nous apparaîtra bénigne par rapport à cette séance de torture auditive !
Une fois qu'on a fini d'attendre, on peut s'apercevoir que, dans le cabinet, il y a trois fauteuils. Devant chaque fauteuil : un écran de télévision. Et la même musique que dans la salle d'attente... Et là, on peut commencer à s'inquiéter : si les dentistes entendent ça toute la journée, ont-ils encore un cerveau ??? J'ai eu un moment de doute : quelqu'un allait-il rectifier quand le dentiste s'est apprêté à lâcher sa roulette contre ma dent n°6 alors que c'était la 7ème qui avait été anasthésiée ??? Oui, ouf ! Sinon, j'aurais pu rajouter un hurlement à la bande son incroyable de cet endroit.
Car, entre deux coups d'archet, trois grondements de fraise et la basse continue des pompes à salive, s'élève un concert de "itakunai desune", "daijobu ?", "gomen nasai" modulés sur tous les registres par le choeur des dentistes et leurs assistantes. Du bariton à la soprane.
Et parfois se faufile jusqu'à nos oreilles, la mélodie intimiste de l'anasthésie : l'appareil chante quand le produit se diffuse.
Et quand le dentiste m'a prévenu que ça allait faire mal (en fait non) et m'a dit doucement "gomen nasai" (excusez-moi), il m'est revenu en mémoire (mais pourquoi donc ?) ce qu'Akiko m'avait dit après sa formation de chef sushi : quand les chefs sushi tuent les mollusques, ils leur demandent pardon...

Trois heures à la clinique dentaire. Trois heures de ma vie entre parenthèses. Je remets ça dans quinze jours. Et j'en ai pour un moment...

9 commentaires:

Okayama a dit…

J'envisageais de faire ma visite annuelle chez un dentiste japonais; je ne suis plus tout à fait sûr; Je vais peut être attendre un prochain séjour en France... Bon courage.

G. a dit…

Non, ça n'est pas si terrible, il suffit de ne pas prendre rendez-vous le même jour qu'un E., et d'avoir des boules quiès !!! ganbatte !

Bertrand a dit…

Quand on dit que les Japonais sont les maîtres du raffinement dans la torture, à te lire, je le crois.
;-)

e. a dit…

et je ne frequente pas toutes les cliniques dentaires de Tokyo... et puis c etait pas ma faute... na !

parfois on entend du Jacques Demy d ailleurs.... mais les aides dentaires ne se mettent pas a danser ou a chanter.


je dois taper qcbon ...

charles de gaulle a dit…

Si les japonais pensent que je suis bilingue c est grace a mon air serieux.... du style " je vous ai compris"... mais j en dirai pas plus...




et la je dois taper lile... c est bizarre ces coincidences...

Anonyme a dit…

oui mais de gaulle n'avait pas de converses roses ...

Paul a dit…

c'est incroyable, ça ! De Gaulle est donc à Tokyo. Et moi qui le croyais à Nankin !

Anonyme a dit…

De Gaulle est partout car il vit dans nos coeurs.....

elsia a dit…

Je sors de chez mon dentiste bien vosgien et il n'y a pas une note de musique en son univers. Partie naïvement pour des empreintes, je suis ressortie après 4 piqûres d'anesthésie, un concert de 2H de fraises et autres (je préfère ne pas savoir)... et 1500 euros de moins sur ma facture de beaucoup plus. Dentition, musique bruitiste et légèreté, c'est beau la confiance... De Tokyo ou Epinal, que préférer ?