27.10.06

Reve de princesse

"Ce soir comme tous les soirs, j'ai envie de trainer. Ce soir comme tous les soirs, j'ai envie d'exister. Alors comme tous les soirs, je vais juste rentrer. Alors comme tous les soirs, je vais juste renoncer. Et sans plus personne à la ronde c'est encore un jour à mettre au monde. Et la nuit va tomber, les néons s'allumer... et sous la lumière les ombres, c'est encore un jour à mettre au monde."

Joseph d'Anvers chante Pigalle. ça pourrait être ailleurs.

Parfois, alors que je marche dans la nuit, une station de train avant la mienne, alors que je longe la voie ferrée, que je vois de loin les passants attirés par les lumières intimes et les parfums de la baraque de yakitoris, alors que dans mon i-Pod passe une musique qui fait bouger mes pieds, que j'ignore encore si je vais pousser la porte de chez moi ou continuer à avancer vers d'autres lumières...
Il m'arrive de repenser à la Princesse de Clèves. Et à son rêve d'une vie étale et plane.

Je n'ai jamais su décider si elle était sage ou idiote, courageuse ou lâche. Idéaliste ou inconsciente.

3 commentaires:

Mme de La Fayette a dit…

"Mais elle ne travailla pas seulement à cultiver son esprit et sa beauté ; elle songea aussi à lui donner de la vertu et à la lui rendre aimable. La plupart des mères s'imaginent qu'il suffit de ne parler jamais de galanterie devant les jeunes personnes pour les en éloigner. Madame de Chartres avait une opinion opposée ; elle faisait souvent à sa fille des peintures de l'amour ; elle lui montrait ce qu'il a d'agréable pour la persuader plus aisément sur ce qu'elle lui en apprenait de dangereux ; elle lui contait le peu de sincérité des hommes, leurs tromperies et leur infidélité, les malheurs domestiques où plongent les engagements ; et elle lui faisait voir, d'un autre côté, quelle tranquillité suivait la vie d'une honnête femme, et combien la vertu donnait d'éclat et d'élévation à une personne qui avait de la beauté et de la naissance. Mais elle lui faisait voir aussi combien il était difficile de conserver cette vertu, que par une extrême défiance de soi-même, et par un grand soin de s'attacher à ce qui seul peut faire le bonheur d'une femme, qui est d'aimer son mari et d'en être aimée."

Camille a dit…

l'avantage, quand on a des copines comme madame de la fayette, c'est qu'on a pas besoin d'avoir la télé!

jumeline a dit…

blog coup de coeur que je consulte très souvent... j'ose maintenant poster. que tes(vos) mots allègent le quotidien, les photos qui les accompagnent et qui nous font découvrir un ptit bout du monde.
merci pour ce partage !