28.12.07

On dirait le sud


A midi, le soleil brillait comme un cadeau inattendu. Assise sur un banc -lait de soja et pain- je me rappelais parfaitement la chaleur qu'il nous procurait, ce jour d'été où, au même endroit, nous avions pris des photos avant de finir la journée au bord des lotus de Ueno.
Quelques moineaux ont eu le temps de prendre une douche dans l'eau courante pendant que j'avançais dans la lecture de ce livre empli d'ours et de tartes aux myrtilles.
A Ikebukuro, je n'ai pas pu m'empêcher de m'endormir. Alors, quelques minutes plus tard, je titubais de fatigue en descendant sur le quai. De cette nuit courte, je ne regrette pourtant ni le début ni la fin.
Entre deux bouchées du gâteau de la reine, je n'avais plus, cependant, le courage de décliner, en anglais, toutes les acceptations du verbe "presser".

Un politicien local, qui refusait que l'enseignement des langues étrangères soit inscrit dans le budget d'une école, a déclaré :
"Si l'anglais a suffi à Jésus-Christ, il devrait suffire à nos gosses."
Jim Harrison. Retour en terre.

2 commentaires:

Cocje a dit…

Wahow, quelle citation !

Ici mon livre ne contient ni tartes aux myrtilles ni ours.
Les myrtilles, elles étaient dans un chausson que je n'ai même pas goûté.
L'ours ? Il fait froid, il doit dormir.
Et je vais arrêter de boire du thé comme certains gavent les oies et les canards, sinon je vais me rendre malade.

Les Japonais consomment-ils du foie gras ?

Anonyme a dit…

moi je connais de bien jolis canards, et pas question de manger leur foie !

(ça va comme réponse, cocje, à ta question tellement à propos ?
est-ce possible de répondre autrement ?

oui, ils consomment du foie gras.
non, ils n'en consomment pas.
peut-être.)