25.1.08

Bleu roi

Un jour avant mon départ, Ju, qui a toujours le sens de la formule, m'a dit : "le seul inconvénient de l'avion, c'est qu'il nous prive du temps du voyage".
J'ai eu douze heures pour réfléchir à ça.
Douze heures sans nuit.
Au-dessus des neiges de Sibérie, j'ai senti ma vie Tokyoïte s'éloigner sans savoir vraiment par quoi elle serait temporairement remplacée.
Douze heures sans lieu.
Et ce bleu sans discontinuer. Et cette couche de nuages épaisse comme la mousse au-dessus des laits chauds.
Douze heures pour changer d'heure.

Et puis.

Et puis... Deux filles dans un parking souterrain, qui disent "on écoute de la musique" en riant. Un ticket qui aurait pu ne plus être valable. Des églises et des champs. "Merci madame, bonne soirée". Des couleurs sur mes doigts. Un petit livre rouge. Une autoroute que je croyais connaître. Un panneau "Toulouse" qui fait naître quelques rêves. Cette adresse qui fut la mienne. Et les retrouvailles comme si... Comme si ça ne faisait pas si longtemps. Une maison où il fait doucement chaud. Un chat indifférent. Un plat de mâche sur la table. Et la fatigue comme au bord de l'évanouissement.

Et puis.

Et puis sourire de tout. Les pierres des maisons qui ont plus de cent ans. Les pavés des rues qu'on traverse alors que le feu est rouge. La couleur des cheveux des femmes. Cette impression que je connais tout le monde. Ce ciel bleu comme à Ikebukuro. Jeanne qui ne sourit toujours pas. "Merci madame, bonne journée". Deux livres au marché d'occasion. Des bribes de conversations. Une volée de cloches à midi. Un pain aux noix au soleil. Une cabine téléphonique. Un thé à la menthe dans lequel elle ajoute deux sucres. Yoko Ogawa dans la vitrine et ces auteurs que je retrouve comme des amis. Et le pont qu'on traverse à pied parce qu'il y a du soleil et que la Loire est belle.



Mary Poppins a pris le même avion que moi et, à 10000, s'occupe encore de me faire la vie belle, de dérouler sous mes pieds tout un tapis de fleurs.

3 commentaires:

elsia a dit…

... ou l'art de faire naître le sourire en quelques mots, merci mademoiselle

véron a dit…

bon séjour

mononoké a dit…

Gwen en Bourgogne? Chat alors.