5.4.07

"C'est nul les clips, surtout quand on court pour s'enfuir à la fin"

Jusqu'à quel âge s'inquiète-t-on de l'avenir ? A Sugamo, les vieux consultent les oracles.

Or, tous leurs jours à venir ne se dérouleront-ils pas de cette façon ?
Cirer les chaussures, venir à Sugamo, s'asseoir au soleil, manger des dangos, des tayakis.

Se tenir sur les bords du temps qui passe, fermer les yeux, s'endormir sans s'en apercevoir, fumer une cigarette, lécher une glace au sakura.

Que ferai-je de différent, dans vingt ans, trente ans, moi qui suis déjà là, qui mange une brioche au kabocha sur le banc, comme si je réservais ma place pour longtemps ?
Dans vingt ans, trente ans, je continuerai à aller manger chez Be et Gâ le jeudi soir.

Monsieur Be chantera toujours Michel Sardou à table.
Et, avec Madame Gâ, nous serons des vieilles dames indignes, retraitées de la chanson après le succès de notre unique album.
Nous passerons nos jeudis soirs à regarder des vieux clips des années 80. Pour plaindre ces pauvres chanteurs dont la carrière s'est déroulée dans des années si désastreuses pour les cheveux...
Puis nous regarderons à nouveau notre oeuvre à nous, filmée un 8 avril 2007 à Yoyogi, par un pourtant talentueux garçon qui aura préféré conserver son poste de chercheur et son bonnet plutôt que de parsemer de paillettes, chaque jour, ses cheveux chatoyants et faire carrière dans le show biz...

Quant à Garance et Judith, elles auront passé l'âge de réclamer des légumes à tous les repas et de rejouer le scénario de "Ne pleure pas Jeannette". Leur participation à notre chorégraphie ne sera pas passée inaperçue et leur aura permis de devenir des stars internationales.

C'est, du moins, ce que j'ai cru comprendre de mon oracle de Sugamo...

3 commentaires:

madame gâ a dit…

en tous cas, rien qui ne me paraisse improbable!

akaieric a dit…

On le voit bien: tu es de bonne humeur aujourd'hui.

yvan a dit…

ah oui tiens, on parlait bien de moi dans ce billet? J'avais saute le paragraphe, sans doute trop emu par la nappe a carreau!