29.4.07

Des chips au vinaigre


J'ai cassé ces tasses, un jour, après les avoir lavées, au moment de les ranger.
Il me reste ce polaroïd.
Ce soir, c'est à l'occasion d'un grand ménage de mon ordinateur que je perds une semaine entière de photos.
Oui, il serait parfois sage de vivre dans la crasse, qu'est-ce que j'aurais à y perdre ?!

J'ai souvent eu des problèmes avec les dimanches soirs. Je n'ai pas encore découvert le vaccin, l'antidote absolue...
Si, c'est vrai, notre saison automne-hiver 2002 aux dimanches soirs en forme de soirées-ouvertes-soirées-soupes avait réussi à maintenir le démon à distance. Les joyeux mélanges qui parfumaient l'appartement, E. qui était sûr de récolter les compliments d'Edouard ainsi que le non moins sempiternel "on est obligés d'en manger ?" de Delphine... Les amis qui passaient, discussions à bâtons rompus et tout le monde dehors à 22H...
Oui, ces souvenirs me font croire qu'il y a moyen de leur tordre le cou, à ces dimanches soirs en noir... D'ailleurs, ça faisait un bon moment qu'ils m'avaient épargnée...

Aujourd'hui, je ne m'y attendais vraiment pas.
Un dimanche au jardin.
La peau qui se gorge de lumière et de chaleur. Les lectures qui se succèdent.
Les yeux qui, par moment, se ferment -parce que ce réveil à 4H38, ce matin, était-il indispensable ? Juste pour constater qu'il ne fait pas encore jour et essayer de deviner dans quelle langue parlent tous ces gens qui passent sour mes fenêtres à ce moment-là .
Le pain Kaiser à midi.
Les polaroïds dont les couleurs montent à toute vitesse.
Mais voilà, ces jardins qui nous mettent dehors à 16H30 ne nous rendent pas service.
16H30, c'est une jolie couleur dans le ciel mais le vent qui commence à se lever.
C'est une heure ambigue et, même si on ne sait pas d'où il vient, on le sent couler à l'intérieur, épais et insoluble, le poison dominical...
Et on sait que même la promesse d'une bière et de chips au vinaigre avec des amis, ou celle d'un film de Claude Sautet ne ferait qu'ajourner l'inévitable.

Dans ces cas-là, il n'y a plus qu'à attendre le lendemain, plus que ça à faire. Passer le reste de la journée, la soirée en apnée...

Demain est férié, pourvu qu'il ne se déguise pas en dimanche bis.

7 commentaires:

Cocje a dit…

Non non, il ne faut pas que les dimanches noirs te prennent, toi qui es si sensibles au monde,
Non il ne faut pas qu'ils reviennent, ton regard coloré et parfumé nous font deviner ton sourire au fond de tes pupilles,
Non non il ne faut pas, regarde bien, ils ne sont pas.

Camille a dit…

bon, OK, les enfants n'ont pas tous une éducation égale, mais faut dire aussi que Delphine l'avait un peu saumâtre de voir remplacer le menu crêpes du dimanche soir à la maison par le menu soupe chez E&G...Je me souviens que Stéphane également avait été tenté de troquer les menus ...

Gwen a dit…

cocje : pas de panique, on est lundi et je vais manger des chips au vinaigre !
Camille : j'espère que ce n'est pas une question d'éducation !!! qu'Edouard aimait VRAIMENT les soupes d'E. !!!
enfin, ce souvenir n'a rien à voir avec ton éducation... Cette phrase de Delphine est devenue emblématique, bien au-delà de la soupe et des dimanches. Un truc constitutif de sa personne autant que le fait de disparaître pour aller lire dans le noir !

aelle a dit…

Demain c'est la fête de la soupe à Wazemmes... Bon, ce ne sera pas en hiver, ni un dimanche soir et elle ne sera pas faite par E., mais ca devrait remuer quelques souvenirs...

Anonyme a dit…

Chips au vinaire, une histoire un peu anglaise aussi. how to cheer you up Gwen ? how to tell you carry on and well go on when things seem to be badly that sunday evening ? j'aime ce commentaire de 'cocje' : non tu ne dis pas être à la merci de ces Dimanches noirs ; toi qui es si sensible au monde et sais nous le montrer autrement. Come on Gwen, let's share these bloody chips au vinaigre we adore, with red wine or else.

Pays de Neige

Gwen a dit…

Aelle : tiens oui, c'est vrai, j'avais oublié qu'il y avait de la soupe au menu du 1er mai de Wazemmes (mais on n'y est jamais allés, à cette fête, c'est peut-être pour ça !)
Pays de Neige : "Come on Gwen, let's share these bloody chips au vinaigre we adore, with red wine or else."
ça sera rouge pour moi, oui ! et de Loire de préférence ! C'est quand tu veux, je suis assez disponible cette semaine...

Camille a dit…

bon, OK, c'est vrai, Edouard aimait VRAIMENT les soupes d'E...
Sa mère est assez nulle en soupes et donc n'en fait pas souvent...
C'est pour ça qu'il a récupéré les recettes avant que vous partiez faire les crétins sur un autre continent...
Je pense qu'il est trop préoccupé par son bac imminent pour réaliser ces recettes, mais le coeur y est!
Quant à l'autre lectrice nyctalope, toujours pareil : pas de soupe et beaucoup de livres.
udmzslhz...pfffff...