4.4.07

So lucky

J'aimerais tant, un jour que je serai morte, que mon appartement vidé en sacs poubelle sur le seuil procure à des passants autant de joie que sa maison nous en a donnée.
Pourvu que quelqu'un éprouve le même enthousiasme à reconstituer ma vie à travers les indices que livrera le trottoir. La même imagination aussi.
Comment ces coupes, ces récompenses ont-elles été gagnées ?
Quelle est cette mer panoramique ? Et ces amis, sur le parking, se connaissaient-ils depuis longtemps avant de partir en week end ensemble ?
Ce mouchoir aux plis incrustés dans le tissu a-t-il servi au moins un jour ?
Toute une vie sur le pavé.

Je regarde autour de moi et me demande ce que ces objets usuels, ces livres, ces photos diraient de moi.
Saurait-on distinguer en eux leur vie précédente, leur vie sans moi ?
Croirait-on que j'étais sur le bateau, que c'est moi qui ai pris la photo ? M'inventerait-on des vacances à la montagne ? Et un talent de cuisinière qui m'aurait permis de remplir ces précieuses boîtes de cuisine de circonstance à la fin de chaque année ?

J'aimerais tant que quelqu'un reparte les bras chargés de mes souvenirs et donne à mes objets encore une vie et me lise en filigrane dans les lettres de mes amis. Que quelqu'un se souvienne, à chaque fois qu'il boira dans cette tasse, de ce jour glissant de pluie où il s'était dit, en découvrant tout mon bric à brac dans la rue : "Quelle chance d'être passé par là aujourd'hui !"

Jour de chance aujourd'hui : une invitation à déjeuner me sauve de mes repas monomaniaques. La foudre ne s'abat pas sur nous. La cloche de Bic Camera ne sonne pas quand je passe à la caisse pour régler 378 yens. Et la lune brille au-dessus du Palazetto.

5 commentaires:

Marie-Eirma, Japon a dit…

Tu as décidément l'art du détail, un peu à la Delerm, c'est vraiment bien vu...!

Elise a dit…

Quelle chance j'ai de pouvoir, à travers tes mots et tes photos, imaginer ton quotidien, et ce avec quoi ta vie est agrémentée !

Anonyme a dit…

voila comment tu décris la scene, et moi qui n'arretait pas de dire qu'il fallait monter un "business"...Je croule sous le romantisme...

Anonyme a dit…

il y a une faute, desolee, 'arretais', c'est la faute de l'ordinateur japonais qui utilise des kanjis que je n'ai pas encore appris (et je sais pas s'il y aura une premiere fois avec ceux la). Vive l'azerty et les muffins a la banane DELICIEUSEEEEEEEEEES!

Anonyme a dit…

Eux regardant les poubelles pendant que je lirais ces pages sans savoir ..

Eux cherchant des traces et moi ici laissant ces traces ..

Oublier rapidement, oui impérativement ce douloureux billet au revoir ..

et attendre demain le billet du soir ..

Oui, y croire.

Pays de Neige