30.4.07

La revanche

L'antidote à l'heure de fermeture du jardin, c'est d'être (très bien) accompagnée.


Et d'aller boire une bière sur l'improbable terrasse de Sunshine. Regarder le soleil s'y coucher.

Puis, faire une balade tranquille et aléatoire dans la nuit précoce d'Ikebukuro.

Parler de tout, de rien, de Pigalle, du kanji du chat, de mon impossibilité d'être la copine de Jude Law, de nuits à l'hôtel, des mérites de la bière Asahi (qui ne sont pas forcément ceux auxquels on s'attend...) et de la refonte totale des calendriers.

Oui, c'est une antidote efficace, des heures rondes et pleines qui préservent de tout, de rien.

Des heures dont je glisse le souvenir dans ma poche.

Afin de soigner un éventuel prochain dimanche soir de traîtrise.
On ne sait jamais.

2 commentaires:

Agnes a dit…

ben tu vois, ces photos et leurs legendes, "ca me fend le coeur" (avec l'assent!). Je sais qu'il est coince a Odaiba, mais ca me le fend quand meme!

Anonyme a dit…

Etait-ce une nuit de pleine lune ? on se les rappelle ces Dimanches qui se déguisent en Lundi ; ces Dimanches qui ne savent pas se tenir et ces Lundi qui se rappellent encore de leur Dimanche. Demain ce sera une journée de fleurs ici ; sans hésiter : bouquet pour l'écrivaine et ses talents.

Pays de Neige