27.4.07

Noir et blanc

Il faudrait vivre au pied des arbres afin de ne pas être surpris des changements dont ils sont capables en moins d'une semaine.

Les arbres ont leur vie pendant que nous vivons aussi.

Une vie indépendante et parfois empreinte d'une légère folie.

Les arbres dessinent des figures libres sur le ciel et pratiquent la poésie en noir et blanc à l'usage de ceux qui savent déchiffrer leurs calligraphies.

Les arbres ne sont pas des hommes comme les autres. Madame Gâ ne s'y est pas trompée, elle qui s'essaya, en vain et pendant quelques mois, à les portraiturer, elle qu'ils avaient hypnotisée.

Certains jours commencent avec des rendez-vous (un match de foot à 9H, des sushis, onigiris, mochis à 12H). Et se poursuivent à l'improviste. Le temps est un cadeau dont je connais la valeur.

2 commentaires:

今日は a dit…

Personne ne commente ?!

Moi, j'aime beaucoup les photos et la danse des arbres. J'adore leurs poses tarabiscotées et ta manière de les cadrer et de les décrire.

J'ai beaucoup aimé la tempête de pétales avant la pluie aussi...

raphael a dit…

Très opportun pour se remémorer que le poète regarde le monde avec un regard différent, mais que c'est le même monde qu'il regarde ...