3.6.07

Anonyme

C'est la magie des images achetées en lot aux puces ou trouvées en masse dans la rue...
Tout à coup se distinguent un visage attachant, une prise de vue singulière, une posture intéressante...
Tout à coup émergent des vies qu'on aimerait connaître. Ou bien non, pas des vies, juste des instants de ces vies.

Ce matin-là, pendant qu'il mangeait son bol de riz, avait-il appris par la radio la mort d'un physicien qu'il admirait ?

Regrettait-il cette nuit blanche, ce sommeil dilapidé en mots autour de verres de shochu ? Ou bien le sommeil qui parasitait sa journée n'était qu'un inconvénient insignifiant en comparaison du souvenir qu'il garderait pour longtemps de ce moment ?

Avait-il embrassé quelqu'un avant de monter dans le car ? Avait-il dit "je t'aime" dans la journée ?

4 commentaires:

Cocje a dit…

C'est très chouette ce que tu dis.
Tu pratiques souvent l'achat de photos aux puces ?
Tu en fais des carnets imaginaires ensuite ?
Tu en trouves souvent, des vieilles choses dans la rue hein, veinarde.

jacques derrida a dit…

mais tu parles de la mort récente de pierre-gilles de Gennes???

missize cat a dit…

c'est marrant... on se demande aussi des fois... en te lisant.

Anonyme a dit…

Observatrice empathique, bien qu’inconnues ces personnes sont-elles « Anonymes » ? trois lignes et regardant dedans, journée terminée et s’imaginant ailleurs, quelle ressemblance dérangeante avec ces Nous d’aujourd’hui …

Pays de Neige.