30.6.07

Urbaine, décidément

Parce qu'il y a du vent aujourd'hui, et des nuages juste ce qu'il faut, il est à nouveau agréable de marcher dans les rues et suivre à pied la voie de la Yamanote, de Hiroo à Shibuya plutôt que de rechercher à tout prix son air climatisé.

Marcher sans horaire, sans impératif.

Et, tranquillement, emplir le ventre du Lumix de ces écritures urbaines,

Ces broderies industrielles et colorées.

A me voir si bien assortie aux miroirs de Tokyo, je me dis que, à coup sûr, mon reflet y demeure quand moi, je m'en éloigne...

4 commentaires:

madame gâ a dit…

tu vois bien que tes cheveux ont des reflets bleus!

Gwen a dit…

Bleu gris, alors !

Cocje a dit…

Quelles jolies couleurs !

Anonyme a dit…

Au revoir des couleurs abandonnées dans la ville, je reportais à plus tard le plaisir de les revoir ...

Pays de Neige.