16.6.07

Les mots sont mes amis (3)

J'aime l'imaginer dans le passé de ses trajets quotidiens. Ce temps qu'il avait choisi de passer non pas les yeux dans le vague, non pas dans le sommeil, pas dans la lecture non plus. Un temps -deux fois une heure, chaque jour- qu'il avait décidé de consacrer à l'apprentissage d'une langue qui lui était chère mais ne lui était pas utile.
Il habitait dans un pays éloigné de la saveur des mochis, du macha et de la tempura. Mais le paysage qui défilait sous ses yeux se teintait de ces syllabes répétitives ka, ku, ki, mo, chi, ma, sa, to, tsu. Le paysage disparaissait sous le dessin des kanjis qui, peu à peu, imageaient son langage. Le sens des mots -main, banc, fille, coeur...- s'enrichissait de leurs associations et créaient un autre vocabulaire, une langue qui, maintenant, lui est personnelle, un peu secrète.
La langue de l'intime.

接心

Les mots sont des cadeaux.

3 commentaires:

Gwen a dit…

Setsu shin. Etre intime avec.

Anonyme a dit…

Et dit ensemble - Seishin, 2 images en une seule première personne du singulier. Toujours.

heidegger a dit…

ça devient vraiment obscur les commentaires du blog... et moi qui croyait qu'il n'y avait que mes écrits qui l'étaient.