20.7.07

"It's friday I'm in love"

(et c'est souvent le vendredi qu'elle revient dans la bande son aléatoire de l'iPod, cette chanson des Cure)

Aujourd'hui, il y a eu une caresse au deschat du quartier.
Un "take care" au téléphone mais c'était dans un film.
Une invitation pour un english diner dans ma boîte aux lettres (Agnès, tu finiras par savoir mon adresse par coeur et je ne m'en plaindrai pas).

Une grande nouvelle : Rémi sait faire du vélo sans roulettes à l'arrière (pourvu que son père ait encore envie de me le raconter lorsqu'il saura en faire sans les mains).

Un album redécouvert (You all look the same to me de Archive).
Un nouveau point de vue sur la Sumida.
Des cris provenant de la piscine en plein air.
Du soleil sur le balcon à l'heure du thé noir.
Puis un ciel anthracite.

Des voies rapides superposées dans le ciel et un paysage industriel.
Bien trop de monoxyde de carbone dans mes poumons.
Bien trop de doute dans mon coeur.
Bien trop de fatigue à l'heure des feux de bengale.
Des cigales le long des voies désertes qui longent les stades.

Et une jolie fée qui me dit : "demande ce que tu veux, tu l'auras demain"... J'aimerais bien, j'aimerais tant...

2 commentaires:

g. a dit…

J'aime beaucoup l'avant derniere photo.
Voila,
g.

Miss Ritchie a dit…

je veux pas remuer le couteau dans la plaie, mais c'est toi qui as dit que cette saison était finie le 16 juillet.

En tout cas, cette mélancolie donne un très bon résultat dans tes photos, l'anthracite, la rouille et les fils barbelés, c'est beau, ça change.(des temples et des fausses geishas).