27.7.07

Partir-revenir


Nous nous posons la question : vaut-il mieux partir en vacances, quitter tout et aller voir à quoi ressemble la vie là où on n'est pas le reste de l'année ? Ou passer un été de canicule à Arcueil et dormir les fenêtres ouvertes sur le jardin ?
Mais nous connaissons la réponse.

Les jours immobiles -celui-là se passe au Canal Café et nulle part ailleurs- je m'étonne de voir d'où vous venez avant d'arriver jusqu'ici.
Je vois vos petits drapeaux flotter dans mon ciel : Belgique, Algérie, Allemagne, France, Pays Bas, Maroc, Espagne, Israël, Chili, Canada, Tunisie, Etats-Unis et même Brésil... Quel courage de venir de si loin et de, parfois, ne pas même poser vos valises ou boire un verre d'eau avant de poursuivre votre voyage...
Je n'en suis pas capable.

(La bande son des retours dans la nuit, à l'heure de la promenade des teckels et sur le mode de l'excès de vitesse s'agrémente d'un nouveau venu : Unkle... Merci Fabien !)

5 commentaires:

rita a dit…

Le monde est une si petite bille qui jongle entre nos doigts parfois... c'est bon de savoir que tu es là pour nous offrir un verre d'eau quand on vient à passer.
Les chauves-souris qui sortent tous les soirs au crépuscule ont bien moins d'états d'âmes, sont-elles plus heureuses que nous, elles qui ne voient rien. Voir, voilà un sens qui me manquerait cruellement.

Henry Beyle a dit…

Les petits drapeaux de "extreme tracking" (et tout le tralala unique visitors, reloads, refferers...) moi ça m'amusait au début mais finalement je trouve ça de plus en plus angoissant.

Gwen a dit…

Angoissant, vraiment ?!!!

Henry Beyle a dit…

C'est le côté "big brother" qui me fait peur. Quand je vois les infos que j'ai, moi, juste en installant un bidule gratuit sur mon blog, je pense à ce que d'autres peuvent savoir de ma vie et tout ça...
J'enfonce des portes ouvertes, mais c'est la sensation que ça m'a fait.

Gwen a dit…

Ah oui, Big Brother...
Mais je me dis que ma vie est tellement insignifiante qu'elle ne va pas intéresser beaucoup de pisteurs...
Je suis même toujours étonnée de voir cette poignée de drapeaux arriver chaque jour à cette adresse... tous ces kilomètres pour me lire !!!