6.7.07

Ex

Madame Gâ a beaucoup de patience, elle qui m'écoute sans broncher parler de mon ex pendant plus d'une demi-heure.

Je lui raconte son caractère de cochon notoire.
Son apparente froideur au premier abord.
Son côté casanier.
Sa tendance à l'hypocondrie.
Son exclusivité un peu fatigante.
Sa manie de vouloir me mordre au plus fort de nos câlins.

Mais aussi :
ses câlins, justement.
L'accueil qu'il me réservait quand je rentrais -le bruit de ses pas dans l'escalier quand il quittait le bureau pour venir me voir.
La manière qu'il avait de sentir mon parfum à force de s'entourer de mes vêtements.
La peau de son ventre. Incroyablement douce. Que j'aimais embrasser. Que je ne me lassais pas de caresser.
La joie de le retrouver quand nous étions séparés, scander son nom en introduisant la clé dans la serrure.
(...)

Quelle chose étrange que la langue française qui me fait dire que, durant 12 ans, j'ai été la maîtresse de ce chat gris, de cet emmerdeur joli..


Aux dernières nouvelles, Médor est toujours le seigneur du château et règne en despote sur la maisonnée qui a bien voulu l'accueillir...

3 commentaires:

Phiphine a dit…

Huhuhu! Bien joué, j'y ai cru. Enfin, j'y crois toujours, d'ailleurs. Il est troooop beau, ton ex!

Camille a dit…

sans parler de cette manie de draguer les invité(es) pour pouvoir mieux les griffer

Gwen a dit…

eh ouais, farceur jusqu'au bout des griffes, ce bel animal !