14.12.08

Les dimanches sur une île


Quelqu'un sait si, même sur une île déserte, on distingue les dimanches des autres jours ?
Je serais tentée de dire que oui. Il y a une lumière propre à l'ultime journée des semaines, une ambiance de vacuité qu' aucun divertissement ne peut véritablement combler.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Peut-être un jour mieux qu'un autre
où l’on peut mieux que les autres
entendre les conseils de quelques
lectures entendre qu'

« Il faut quelquefois pousser les passants, s'extraire
de la foule, de la rumeur du monde, sans bien savoir
s'il y a mieux à faire vraiment que plonger ici-bas,
s'indigner, s'en tenir au journal, à la bataille utile
après tout contre les mots mis à l'envers,
ou le glaive aberrant : ces larmes
du moins sont vraies, et ne suffisent
pourtant pas. On va glanant
d'autres chagrins plus haut que les pavés, plus loin
que la pauvre terre à notre hauteur. On cherche
d'autres drames dans le jour jaune, on ne sait trop
quelle énigme dans du cristal : si le ciel pleure,
ce que cachent sous leur voilage les tentures des nuées.
Malgré tout ce qu'on peut en dire,
le refus répété du mystère, le clair déni,
maintenant ne suffit pas, la chair humaine semble
le cadre de la lyre - les cordes sont là-bas. »

"Essais de voix malgré le vent" d'Olivier Barbarant.

Pays de Neige.

Gwen a dit…

Olivier Barbarant, qui avait été cité dans ma vie dans les années 90 et qui revient ici et maintenant... L'occasion de m'apercevoir que je n'avais pas oublié son nom...

Exploz a dit…

Cette photo me ramène 6 mois plus tôt... http://www.pensees-images.fr/?p=47
:-)