24.1.09

Paysages du samedi


Plus que le rendez-vous noté dans mon agenda, c'est la perspective de ce paysage qui m'attire là une fois par mois.

Car je sais que, par tous les temps, du haut de la passerelle, la vue est belle et le ciel d'aquarelle.

Une heure plus tard, le café Miyama est un observatoire et j'y bois un macha au lait de soja.

Derrière les baies vitrées, la lumière change et les nuages voyagent comme de gros paquebots lents. Les heures sont douces, bercées par le ronron de la photocopieuse, à peine troublées par le bruit des pages qu'on tourne.

La nuit s'annonce quand le train s'arrête avant la gare de Shibuya. Derrière les vitres du café Pile, ils sont trois amis dans le canapé chocolat. Je les regarde et je pense : un autre samedi, c'était moi, c'était nous, à cet endroit.

4 commentaires:

Radzimire a dit…

ton blog me fait rêver à un voyage au japon , un jour avec mon amoureux. Si en plus , il y a des ciels comme ça...

Anonyme a dit…

Tout ce qui traine
encore
de ciel
orné de fond ou de voyage
un pinceau encore vêtu
d'aquarelle et de nuit
c'est pensée d'île Bonaventure
de Men-Oblance au sud
les balises du pont-de-Gaîne

tout ce qui draine
ce phare
dc Rochebonne ou du port de la Chaîne
de Port-Racine à Basse Bréfort
à tout ce qui traine à l'ouest
c'est pensée d'Est pensée de sémaphore là et
cette main jolie levée
dans le vent ; dis Tokyo du Grand largue dis le Génois la Misaine
le voyage la vie seine
Sumida ni ! Sumida ni !
je me la rappelle avec
le ciel et toute l'eau
tes mers et les voiles latines.

Pays de Neige.

La grande gueule timide a dit…

Pour une chute !

Tout juste vient on de découvrir que l'aversion de l'auteur(e) pour le chocolat ne s'étend pas aux objets manufacturés que déjà commence cette phrase, la dernière, celle dont on sait déjà, c'est son rôle, qu'elle mettra fin à cette parenthèse de ciels bleus.

Une phrase attendue donc, et pourtant tellement insoupçonnée par moi que sa lecture m'a plongé dans un abîme de pensées et de souvenirs du même ordre, et de riens aussi, surtout.

Gwen a dit…

Radzimire, je te les souhaite, tous ces ciels ... Même si tes paysages sous la neige sont beaux, très beaux également...

Et toi, Pays de, cher capitaine, ainsi rêves-tu de Sumida...

Grand timide... ah oui, ce canapé chocolat te rappelle tes riens à toi ???!!!
Ce moment là, c'était tout pour moi...