25.3.09

Le don


J'ai dit regarde-moi, regarde par là-bas, ne souris pas, oublie-moi, tourne la tête, ne bouge pas.

Il n'était pas impatient. Il n'était pas embarrassé. Il n'avait pas besoin d'être rassuré : il n'était pas inquiet. Il me donnait ce que je voulais, naturellement, sans chercher à savoir ce que c'était. Il était là, simplement.

J'ai dit j'espère que les photos seront réussies.
Il a dit ce n'est pas important.

Je regarde les images et je comprends.
Etre présent, dans l'instant.
Une discrète leçon de savoir vivre.
Il m'a fait un cadeau dont je ne me sens pas redevable. Mais infiniment reconnaissante.

2 commentaires:

Radzimire a dit…

C'est beau.

le consul a dit…

c'est rare, si rare, les dons, les vrais dons...