2.2.07

Jour de chance

Lorsque le soleil s'est allongé le long du quai, ma journée était loin d'être terminée.
Mais c'était un beau moment, un moment d'école buissonnière.

C'était une journée ricochets, une journée pochette surprise, une journée en forme de bonne étoile.

Sur les bords de l'Edogawa, un coup de frein quand je les ai vues. Pour un peu, j'aurais renoncé à tout le reste pour passer tout mon temps libre là.

Je ne sais pas dire à quel point ces fleurs, ce fouillis de fleurs sur fond de ciel bleu m'émeut.


Je sais la solution pour arrêter d'être en retard : ne pas avoir rendez-vous...
Quand je vais chez le coiffeur, c'est toujours à l'improviste. Et, pourtant, je suis toujours sa seule cliente.
Mon coiffeur porte des nouvelles lunettes. Et ça lui va bien.
Il a fait une drôle de tête quand je lui ai demandé de tout couper alors que je venais de lui expliquer que, si j'étais toute bleue (rouge, en réalité !), c'est parce que j'étais venue à vélo et qu'il faisait froid.
Pendant qu'il me coiffait, deux sourdes muettes sont venues crier dans le salon. Elles vendaient des serviettes de table. L'apprenti du salon a dit "pour le moment, ça va, merci" et elles sont reparties.
Quand je suis sortie, même si on s'était dit à mardi, j'ai envoyé un mail pour savoir si je pouvais la voir. Et nous avons bu un macha latte et un café dans le soleil.
C'est à ce moment là qu'un aveugle a quitté la bande jaune qui lui est dévolue et est allé, d'un pas décidé, se cogner contre le poteau.

J'ai détaché l'avertissement collé à mon vélo, espérant, ainsi, lui faire éviter la fourrière pendant que je sautais dans le train.
Du wagon, je les ai vus pendant leur pause. Une cigarette sur la terrasse. Peut-être un simple prétexte pour profiter de la lumière, de la chaleur du soleil.

J'ai eu un point Mickey sur mes onigiris. Mais l'assiette Minnie n'est plus disponible. Il ne reste plus que Winnie l'ourson mais Winnie, il faut bien le dire, est un naze. `
Oui, mon vélo était toujours là.
Et je suis allée boire un thé chez elle. Décidément, pourquoi attendre mardi ??? Nous ne nous étions pas tout dit.
Elle m'a prêté un bonnet pour rentrer.
J'ai les cheveux vraiment très courts. Et il fait vraiment très froid.

4 commentaires:

ben l'ours a dit…

alors ça oui, winnie est un gros naze.... enfin qui le dit tout haut et qui n'a pas peur de ses opinions... on ne dira jamais assez tout le mal causé par cet abruti à notre espèce, pire que ce que fit l'église catholique.

ben aux grosses pattes a dit…

il faut lire "enfin quelqu'un qui le dit tout haut", mais j'ai de grosses pattes et ai du mal à taper sur ce tout petit clavier. A quand les claviers pour les pattes d'ours ???

Mélie a dit…

(je découvre sur la pointe des pieds. je reviendrai.)

G. a dit…

Viens quand tu veux, Mélie ! Je n'aime pas le chocolat et, pourtant, j'aime te lire souvent.