5.8.07

Brève rencontre

Au début, je croyais qu'ils parlaient tout seuls.

A présent, je sais que les gens dont j'entends la voix mais ne vois pas l'interlocuteur, font voyager un enfant dans un siège à l'arrière de leur vélo.

Il roule lentement mais me dépasse. Son petit fils se retourne et me dévisage. Il est sérieux et je sais que le sourire qui barre le bas de mon visage ne suffira pas à susciter le sien.

Alors, je lève le bras, j'agite la main.
Il esquisse un geste de salut. Un peu à la manière de la reine d'Angleterre, sans détacher les yeux des miens.

Jusqu'à ce que le vélo tourne à droite et disparaisse de ma vue.

3 commentaires:

Cocje a dit…

J'aime beaucoup la première photo, prise de vue simple et efficace qui donne le flou en bas... ambiance orageuse...

lo a dit…

Et il y a ceux qui, l'écouteur de l'Ipod coincée dans l'oreille, dévalent rageusement la pente d'un chemin forestier en gémissant un air de "Rage against the machine", les dents serrées, en sueur, qui trouvent un coin de cerveau secoué pour se dire "putain, ça fait du bien de prendre l'air !"
Et il y a ceux qui téléphonent, toujours l'oreillette, toujours l'attention portée sur l'oreillette, sur la route aussi mais comme un jolie décor qui déroule.
Et il y a ceux qui parlent ou qui crient à l’enfant qu’ils ont porté à l’arrière de leur bicyclette, et qui roule aujourd’hui tout seul et un peu trop vite pour eux, « fait attention », « arrêtes-toi au panneau », « attend moi !!!!!!! »
Pfff… Pour moi ce sera bientôt la troisième catégorie.

moju a dit…

J'ai aussi cru qu'au Japon les jeunes femmes à vélo parlaient seules.