14.8.07

La brocante du coeur

"-Les photos originales et insolites ne m'intéressent pas. Quand on les a vues deux fois, on s'en lasse, non ? Mais il est bien possible que la première fois, elles aient un impact. Celles que j'ai envie de faire sont des photos attendrissantes. Des photos douces. Avec des sujets qui apaisent le coeur comme la tombée du jour. Car ce genre de photos peut nous accompagner très longtemps."
Hitonari Tsuji. Objectif.


Je garde, de tous ces endroits, à l'intérieur de moi, des vues d'ensemble.
Ces rues couvertes d'un ciel bleu décoré de nuages blancs de cinéma, la mer infinie et dansante, le pont qui se découpe sur le coucher de soleil, ce ghetto amical... Puis, cette forêt traversée, cette montagne gravie... Et tant de rizières encadrées par les fenêtres des trains.
Tous ces paysages seront mes souvenirs de vacances.


Et pourtant, ce sont toujours les détails qui se glissent le plus profondément dans la mémoire de mon coeur.
Je dis parfois "Regarde !", en tendant le bras. Mais, souvent, je n'interromps pas la conversation, je les garde pour moi.
Et, quand je suis seule, il m'arrive de penser, en remarquant un bout de trottoir, un morceau de fer blanc que ces endroits, que ces objets ne changent pas sous prétexte de rentrer dans mon histoire. Ils restent permanents, là où ils sont. Me survivront.

(Si je n'avais pas ce Lumix noir dans la main, je continuerais à être seule à savoir ce qui me touche, ce qu'il me reste.)

4 commentaires:

g. a dit…

Et si tu n'avais pas ce Lumix noir dans la main, nous ne saurions pas toutes ces choses qui te touchent...
Bises,
g.

Anonyme a dit…

Ton, raccord sans couture, aspérités, extrait d’arrêt sur image, débusquée, vue, retenue, enfin prête pour être découpée extraite, sans ciseaux, du monde ; ce morceau d’un regard vu, pris à son tour ici, aimé, écouté, être dit sans raccord ni couture, ni blessure image innée. Photos qui parlent ...

Pays de Neige

Mélie a dit…

dis, Gwen... c'est que tu lis énormément et que tu nous fais partager que le meilleur, ou bien c'est que tu as un don pour toujours tomber sur des textes extraordinaires ? non mais parce que c'est pas la première fois que je me fais la réflexion... :)

Gwen a dit…

Mélie, à sillonner la ville, je ne lis plus autant qu'avant... Alors j'essaie de ne pas me planter !
Je n'ai pas fini de citer Hitonari Tsuji : Objectif est un petit livre de même pas 100 pages que je reproduirais intégralement volontiers tellement je le trouve beau !