12.8.07

Dans la foret du temps

Dans ce pays où, régulièrement, tout est détruit...

Il est inutile de se précipiter dans les temples, à la recherche d'une quelconque authenticité...

Il n'est pas obligatoire de croire le vendeur qui affirme que ce carnet date de l'époque Meiji...

Mais, à marcher dans les forêts millénaires, on les voit, les vestiges du temps.

Ces forêts sont un peu les ruines sur notre versant. Un peu notre château de Chambord.

"Seul est mien le pays qui est dans mon âme. J'y entre sans passeport comme chez moi ...En moi fleurissent les jardins. Mes fleurs sont inventées. Les rues m'appartiennent."

5 commentaires:

Anonyme a dit…

oui, en effet, on a tendance à rechercher l'authenticité dans des endroits où elle n'est pas, mais malheureusement on a aussi tendance à ne pas la voir dans tous les endroits où elle est...mais grâce à toi...

La mariée en baskets (et pourquoi pas, hein?)

akaieric a dit…

D'habitude tes billets sont plutot destinés à la vie citadine, à la ballade en ville.
La forêt japonaise est tout autant accueillante, n'est ce pas?

Anonyme a dit…

Revenant d’une sombre forêt où guettent deux soldats égarés, et poursuivre sa route où l’on protège obstinément la flamme des kamis inconnus, il fallait franchir le Torii et gravir ces « pierres de l’entrée » en marches faussement abandonnées. L’as-tu vu ce Colonel Sanders ? Rappelle-toi, il n’était pas homme, il n’était pas dieu et parlait étrangement comme un muraKami … Marcher dans ce roman invisible, ce Japon cher au Soleil d’Acier, avancer sur les sédiments des choses anciennes et acceptées …

Pays de Neige.

chenican a dit…

Je regarde les photos et j'entends les cigales !! Si, si, je t'assure ! Elles font maintenant partie de mon décor quotidien et je remarque quand elles se taisent (tout n'est pas perdu ? ;-)

eole a dit…

si si je le vois l'éléphant !